Portail officiel du Parc des Baronnies provençales En savoir plus

Les Baronnies provençales: une grande diversité de chauves-souris

 

Les Baronnies provençales constituent un territoire exceptionnel pour ce groupe de mammifères volants. Les récentes recherches menées par la LPO Drôme et le GCP ont permis de mettre en évidence la présence de 26 espèces… sur les 30 que l’on rencontre dans le sud-est de la France !

statut-espèces-PACA-RA-PnrBp
caracteristiques-eco-esp-RA-PACA

 

La diversité des paysages, une agriculture respectueuse de l’environnement, de grandes surfaces forestières, la présence de milieux souterrains sont autant de facteurs qui concourent à la présence de ces nombreuses espèces. On rencontre dans les Baronnies provençales aussi bien des espèces méditerranéennes comme le Molosse de Cestoni ou le Minioptère de Schreibers que des espèces caractéristiques des milieux montagnards (Sérotine de Nilsson, Oreillard montagnard…).

D’importants enjeux ont été identifiés autour des nombreuses colonies installées dans les constructions humaines. C’est particulièrement le cas pour les femelles de petits rhinolophes qui apprécient les combles et les caves du bâti traditionnel pour se reproduire. La conservation de ces espèces patrimoniales repose ainsi beaucoup sur une bonne cohabitation. Les importantes surfaces forestières présentes au sein du massif des Baronnies provençales abritent des espèces de chauves-souris spécifiques à ce type de milieu et assurent une forte production en insectes nécessaires à leur alimentation et des terrains de chasse favorables. Nous pouvons citer à titre d’exemples, la Barbastelle d’Europe, la Noctule de Leisler ou le Murin de Natterer parmi d’autres…  Certaines utilisent comme gîtes des cavités arboricoles présentes sur des arbres mâtures voire morts sur pied, c’est le cas du Murin de Bechstein. Les forêts anciennes ou mâtures sont limitées dans les Baronnies provençales. Ainsi nous travaillons pour une gestion durable et respectueuse de la biodiversité de nos forêts.

Quelques rares cavités souterraines naturelles ou artificielles (anciennes mines) présentes sur notre territoire abritent d’importants groupes de chauves-souris. De tels sites constituent un fort enjeu de protection. En effet, ces milieux sont utilisés durant toute l’année ou sur une partie seulement, en fonction des exigences écologiques de chaque espèce. Le fait que cet environnement soit isolé de l’extérieur limite les changements brutaux de températures et d’hygrométrie. Ainsi, les espèces peuvent les fréquenter en hiver (pour l’hibernation), en été (pour la reproduction) voire au printemps ou à l’automne (pour le transit). A l’état actuel de nos connaissances, peu de grottes ou mines dans les Baronnies provençales sont favorables à l’installation de groupes importants, ce qui implique une préservation d’autant plus importante de celles qui abritent des colonies majeures dont certaines sont d’importance régionale (notamment pour les Grand et Petit rhinolophes).

Photographie bandeau : © Y. PEYRARD